Attentat de Nice … et après ?

Le terrorisme le plus abject a de nouveau frappé ce 14 juillet à Nice. Il est malheureusement à craindre que cela ne soit pas le dernier attentat.

La France est en guerre, et si elle identifie clairement ses ennemis à l’étranger – Daesh – et tente de l’éradiquer avec une coalition internationale qui remporte des succès, force est de reconnaître que le terrorisme n’est qu’un moyen parmi d’autres pour faire triompher une idéologie incompatible avec nos démocraties.

Cette idéologie est l’islamisme radical , et tant que ses idéologues pourront continuer à s’exprimer par le biais d’imam radicaux , il y aura toujours une personne pour les suivre et commettre l’irréparable. Cela est d’autant plus vrai dans nos sociétés où l’individualisme règne en maître et où tous les exclus la haïssent et peuvent basculer à tout moment. Exclus car ils n’ont pas su ou voulus s’intégrer, parce-que la république laïque  ne sait plus faire appliquer ses devises qui sont pourtant universelles , la liberté , l’égalité et la fraternité. Et la première liberté est de pouvoir vivre en paix sans craindre pour sa vie.

Democracy-We-want-just-Islam-during-a-demonstration-in-KabulLa réponse au terrorisme ne pourra se faire qu’en reprenant pied dans tous les territoires où la haine est prêchée, et en y faisant appliquer fermement la loi de la république sans aucun laxisme.

Le politiquement correct est responsable pour une part de cette situation où notre espace public ne permet plus un débat critique serein, où les choses ne peuvent être dites sans pour autant entraîner des mises au pilori systématiques, où le “pas d’amalgame” tient lieu de point final à toute discussion.

Demonstrators burn the French national flag after Friday prayers in Algiers January 16, 2015. Police clashed with demonstrators in Algiers after rioting broke out at the end of a protest against the publication of cartoons depicting the Prophet Mohammad in the French satirical magazine Charlie Hebdo. REUTERS/Ramzi Boudina (ALGERIA - Tags: POLITICS CIVIL UNREST RELIGION)

REUTERS/Ramzi Boudina

La France est en guerre, et l’ennemi n’est pas seulement au dehors de ses frontières. Les prêcheurs de haine ne doivent plus pouvoir s’exprimer , l’islam radical n’a pas lieu d’être en France car il est incompatible avec nos principes. Le “vivre ensemble” ne veut pas dire que l’on laisse l’ennemi, celui qui veut la fin de notre civilisation , s’exprimer librement , que ce soit par des prêches ou par le biais des médias sociaux. Le “laisser faire” , le laxisme  sont des formes de lâcheté qui déshonorent la mémoire des victimes d’attentats

Il faut donc s’attaquer – enfin – aux racines du mal , et l’état de droit le permet d’ors et déjà sans avoir besoin de plus de lois d’exception.

Les musulmans eux-même se posent la question.

Ils s’expriment aussi sur ce fanatisme qui les détruit.

Pour en savoir plus sur l‘Islam. (arabe : الإسلام ; ʾislām, soumission [à Dieu])

De bruno

Militaire de 1979 à 2018 où j'ai terminé Major, jeune retraité. Différentes affectations en métropole et en Allemagne , et opérations extérieures dont république Centrafricaine , Tchad , Niger , Afghanistan , Côte d'ivoire ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *